Actualités de la Guinée, Conakry

circulation dans l'espace Cedeao , des problemes...

Create: 10/11/2018 - 08:16

Les organisations de la société civile de la Cedeao et de la CAE ont tenu une concertation régionale sur le protocole de l’Union africaine, à Dakar. Ladite activité est l’occasion de tenir un plaidoyer sur la libre circulation des personnes, le droit de résidence et le droit d’établissement

Le Général Salou Djibo, Président de la task-force sur le chemin de la libéralisation de la Cedeao, de la libre circulation des personnes et des biens, a fortement apprécié l’objectif de cette rencontre, qui selon lui, est pleine d’engagement. Il affirme que cette idée reposant sur la libre circulation des personnes et des biens doit être une réalité absolue. « On a trop discouru sur la libre circulation et sur l’échange même du commerce intra-régional, mais jusque-là tout reste piétiné. On doit vivre concrètement cette pensée de libre circulation », a-t-il noté.

Par rapport aux contraintes liées toujours à cette question, ce dernier souligne que les pratiques anormales notamment les tracasseries constituent les véritables barrières. Il ajoute que la non-application des décisions est le plus souvent le problème majeur. 

« Le problème sérieux est l’applicabilité des textes par nos dirigeants. Parfois, un texte bien élucidé et bien pertinent perd son essence à cause d’une lenteur de ratification. Ces textes doivent être intégralement appliqués », a-t-il précisé.

Une grande superficie du marché africain

Avec la volonté de faire valoir les produits africains dans le marché international, l’organisation de la société civile de la Cedeao demande aux autorités politiques de pendre les dispositifs requis pour permettre à tout un chacun de faire ses opérations. Avec une superficie de 5 millions de kilomètres carrés et plus de 23 millions de consommateurs, le Général Salou Djibo estime que l’Afrique peut réellement se développer. « Le terrain que nous avons avec ce chiffre important, peut permettre à l’Afrique de connaitre un bond remarquable », a-t-il affirmé.

L’exécution des protocoles par les Etats Africains

Ces acteurs œuvrent sur le terrain au quotidien pour la mise en place des protocoles  par les Etats. En effet, un protocole sur la libre circulation dans les Etats africains adopté depuis janvier 2018, n’avait besoin que de 15 ratifications pour entrer en vigueur. En dépit de ce manque d’engagement par les Etats africains, l’organisation de la société civile de la Cedeao  compte poursuivre des démarches allant dans ce sens. 

Ils n’ont pas tardé à déplorer la facilité des démarches consulaires à l'endroit des Européens dans les pays africains. Selon eux, les Africains ont plus de difficultés pour aller à l’Intérieur de l’Afrique que les autres.

About Author

admin's picture
Harold Deep
Suspendisse libero erat, fringilla vitae suscipit eget, pulvinar ut risus. Pellentesque ut lorem mattis, feugiat nisl non, venenatis enim. Sed odio augue, congue vitae libero at, pellentesque venenatis velit. Cras quis urna magna. Curabitur quis eros nec augue mattis volutpat quis ut purus. Ut laoreet nulla id lectus malesuada dictum.