De nombreux Gabonais, des militants du parti du chef de l’Etat notamment, étaient venus à son accueil à Libreville, la capitale.

A son retour définitif au Gabon, Ali Bongo a pris place dans une voiture, accompagnée de son épouse, pour un bain de foule.

Des sympathisants et des membres d’associations de soutien au chef de l’Etat, des militants du Parti démocratique gabonais (PDG), sa formation politique, se sont mobilisés pour souhaiter un bon retour au président. « Bon retour au pays », chantait la foule.

M. Bongo a été victime d’un AVC, le 24 octobre dernier à Riyad, en Arabie Saoudite.

L’opposition a appelé sans succès les pouvoirs publics compétents à constater la vacance du pouvoir en raison de sa maladie et de sa longue absence du pays.

« Il n’y aura pas de vacance du pouvoir au Gabon. (…) Un chef d’Etat est un être humain qui tombe malade comme les autres. Ce n’est pas parce qu’un chef d’Etat tombe malade qu’il faut constater la vacance du pouvoir », soutient Jonathan Ntoutoume, ministre délégué aux Affaires sociales et porte-parole de Démocratie nouvelle, un parti allié au PDG.

Ali Bongo compte boucler son deuxième mandat, mais la société civile et une partie de l’opposition exigent un examen médical indépendant de son état de santé pour évaluer sa capacité à gouverner le pays.