C’est le Secrétaire général du nouveau syndicat des Chargeurs, SYNTRA-CFS/LCT (Syndicat des Travailleurs de Container Freight Station/Lome Container Terminal), Tchaa Pitassa, qui évoquait le sujet des difficultés qu’ils rencontrent dans l’exercice de leur tâche, hier lundi à Lomé.

«  »Nous sommes des employés qui ont fait plus de cinq ans sans contrat, sans être déclarés à la CNSS. Nous sommes là en train de travailler et en train de perdre aussi notre force. Un jour, ce la peut s’arrêter comme ça et tu seras à la maison. Tu ne peux pas travailler, voilà que tu ne peux plus gagner de quoi survivre.

On travaille mais ils ne s’occupent pas aussi de notre santé. Quand surviennent les accidents de travail, ils ne s’occupent pas non plus de nous. Un ami a même perdu la vie à cause de ça. Il a eu une fracture sans être soigné jusqu’à ce qu’il ne soit mort après deux ans. Donc la prise en charge des accidents de travail est aussi important. Nous sommes des êtres humains et non des animaux et c’est nous qui travaillons et eux ils gagnent. Au moins si tu es blessé et ils prennent soins de toi, ils te trouvent quelque chose pour manger et survivre à tes besoins, ce serait bon, mais eux, nos employeurs, ils ne songent pas à ça. Nous travaillons et nous ne sommes pas considérés.

Dans de telles circonstances, si tu as un problème et tu vas vers eux, on te dis que s’il en est ainsi, ils disent qu’ils vont te virer, personne n’aura à intervenir » », c’est ce que vivent ces employés ont finalement senti le besoin d’unir leurs forces au sein d’un syndicat pour défendre leur cause commune et faire bouger un tant soit peu les lignes.

«  »Nous voulons faire en sorte que le gouvernement sache que nous aussi nous existons et que nous travaillons dans cette société » », a assuré M. Pitassa, quant à ce qui concerne la mission qui incombe le bureau du SYNTRA-CFS/LCT à la tête duquel il a été porté.