Par un communiqué signé de son Secrétaire général, le parti de Tikpi Atchadam entend «  »rappeler que seule la stratégie de la non-violence conduira le peuple togolais à la victoire » » et que «  »c’est pourquoi à chaque fois, le pouvoir cherche à pousser le peuple à la violence » ».

Dans ce document signé par Dr Kossi Sama, le PNP informe qu’ «  »en ce moment même, en plus de trois responsables de la sécurité du président du parti enlevés à domicile et encore en détention arbitraire dans les locaux du Service de renseignement et d’investigation (SRI), trois responsables du parti sont soumis, depuis hier, au SRI, à un interrogatoire dont on ne connaît ni les tenants ni les aboutissants » ».

Toutefois, pour demeurer «  »fidèle à son principe de non-violence, le Bureau national du Parti National Panafricain demande aux populations en général, aux militants et sympathisants du parti en particulier, d’observer la retenue et de garder leur calme habituel » ».

Aux côtés des personnnnes entendues par le SRI, c’est Me Benoit Afangbédji qui travaille dure sur cette affaire, indique aussi le parti.

Appelant une nouvelle fois l’opinion nationale et internationale à témoin sur la situation de non-droit faite de violations graves, massives et répétées des libertés et droits humains dans notre pays le Togo, le PNP rappelle que «  »le bilan de la marche pacifique du 13 Avril 2019 pour exiger la mise en œuvre intégrale de la feuille de route de la CEDEAO est lourd : le jeune Ouro Sama Zeynidine, militant du PNP abattu par les militaires à Bafilo ; des dizaines d’arrestations arbitraires sur l’ensemble du territoire national ; de nombreux blessés (femmes et hommes) ; saccage par les militaires du domicile privé de Tikpi Atchadam, Président du PNP » ».