Les députés togolais ont voté à l’unanmité, les réformes tant entendu par le peuple.Si au sein de l’opinion, la plupart salue l’esprit positif des élus de la 6e législature, au sein de la coalition de l’opposition au régime de Faure Gnassingbé voit tout en noir. Elle qualifie d’indigne l’Assemblée nationale pour parler au nom du peuple  togolais. Pour la C14 en conférence de presse au siège de la CDPA, le parlement a commis une forfaiture en faisant ces réformes taillées sur mesure.

Visiblement, ce qui s’est passé à l’assemblée nationale togolaise le 08 mai 2019 tard dans la nuit n’est pas du goût de Mme Adjamagbo et ses camarades de lutte pour l’Alternance au Togo. Et pour cause. Suite au vote intervenu sur les questions des réformes constitutionnelles et institutionnelles au delà des attentes, la C14 frédonne un autre refrain, celui de l’appel à la mobilisation  pour réaliser l’alternance en 2020. Seule cette alternance pourra conduire à la réélection de nouveaux élus capables en lieu et place de ceux qui sont actuellement en fonction.

De l’avis de la C14, ce ne sont pas les réformes que veulent le peuple togolais qui est voté le 08 mai dernier. Pour relancer le débat, mobiliser les populations à leur cause donc, la C14 lance un appel aux autres partis politiques de l’opposition, aux organisations de la société civile, aux syndicats, aux forces de défense et de sécurité et à toute la population togolaise à constituer un front uni contre «l’imposture»

« Ce que viennent de faire ces députés à l’Assemblée nationale est grave. Il n’est pas question que le peuple togolais se taise là-dessus », a laissé entendre Mme Adjamagbo, coordinatrice de a C14 devenue C7.

Le texte voté au parlement remet à zéro, le compteur pour l’actuel président, Faure Gnassingbé qui bouclera bientôt trois mandats. Ce que ne partage pas la C14 qui par la voix de la coordinatrice pense que, l’Alternance, c’est au plutard en 2020

«Le compteur est remis à zéro à partir de 2020 pour Faure Gnassingbé qui aura bouclé 15 ans au pouvoir», a laissé entendre Mme Adjamagbo

Pour ce qui concerne l’immunité accordée au Président de la République dans les réformes adoptées cette nuit par les députés, il ne s’agit rien de plus qu’à permettre à Faure Gnassingbé d’être au-dessus de la loi, avertit la C14

Dans une déclaration dont copie nous parvene, la C14 est claire: « Le chef de l’Etat sera au-dessus de la loi. Il sera sous le couvert d’une immunité Ad viternam. L’Assemblée nationale vient de délivrer à Faure Gnasingbé un blanc-seing pour les crimes, même de sang contre le peuple »