La justice accorde la liberté provisoire à trois soldats de la garde de l’ancien président Yahya Jammeh.

Il s’agit de Malick Jatta, Omar Jallow et Sulayman Badji qui ont chacun avoué leur participation à des assassinats et des actes de tortures.

Mais dans le pays, la libération de ces soldats passe mal particulièrement auprès des familles ayant perdu des proches à cause de l’intervention présumée des  »junglers ».

y a deux semaines, les trois militaires avaient, tour à tour, avoué leur participation à l’assassinat de plusieurs personnes dont 44 ressortissants ghanéens et le journaliste gambien Deida Hydara.

Selon les témoignages qui eu lieu devant la Commission vérité et réconciliation de Gambie, les ordres donnés aux soldats viennent directement de l’ancien président, Yahya Jammeh.

Le ministre de la justice gambien Aboubacar Tambadou, estime que les soldats remis en liberté le mérite après deux ans de détention préventive et des aveux sur les crimes commis.

Baba Hydara le fils du journaliste Deida Hydara assassiné en décembre 2004, estime que ce que la justice vient de faire c’est  »sonner un coup d’arrêt à toutes ces années de lutte pour que les auteurs de ces crimes répondent de leurs actes ».