Le passage par Biarritz du ministre des Affaires étrangères iranien en a surpris plus d’un et notamment les Etats-Unis. Colère, frustration, jalousie… Donald Trump n’a rien laissé paraître.

« Pas de commentaire ». Voilà la seule réaction du président américain dimanche à l’irruption iranienne au G7. Donald Trump avait été prévenu en personne par Emmanuel Macron quelques heures avant l’arrivée de Javad Zarif.

Si le locataire de la Maison Blanche est resté calme, certains de ses conseillers ont montré leur mécontentement d’avoir été informés si tard de cette visite. Et de voir l’ennemi déclaré de Washington accueilli les bras ouverts par la France et ses alliés européens, sous leur nez et alors même que Javad Zarif fait l’objet depuis trois semaines de sanctions américaines.

Des Américains qui n’ont pas dû apprécier non plus le refus catégorique des Iraniens de rencontrer le président Trump ou des membres de son équipe malgré des appels du pied.  

 
Alors qu’on attendait un tweet énervé du président américain, ce dernier souhaitait des anniversaires à des stars sur le réseau social et félicitait un chroniqueur politique de Fox News, sa chaine préférée, pour ses récentes fiançailles.


Il faut attendre de voir si les informations qui seront fournies au ministre des Affaires étrangères iranien sur les discussions sur le dossier hier permettront ou non d’engager d’autres discussions. En tout cas, nous sommes tous d’accord sur le fait que tout effort supplémentaire vaut la peine d’être entrepris pour tenter de renouer le dialogue.

Angela Merkel
chancelière allemande