Alors qu’ils se sont retrouvés ce mardi après-midi à la rencontre organisée par le ministre de l’Administration territoriale les responsables du CAR (Me Yawovi Agboyibo), de la Coalition C14 (Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson) et de l’ANC (Jean-Pierre Fabre) ont vite fait de déchanter et de détaler parce que les discussions n’allaient pas dans le sens dans lequel ils avaient sollicité la tenue de discussions entre le pouvoir et l’opposition, avant la présidentielle de 2020. Des mots des responsables du CAR sur cette mésaventure, cette rencontre n’a eu pour finalité que de faire croire à plus d’uns que le pouvoir a accédé à la doléance de l’opposition, en vue d’un dialogue pour une transparence du scrutin à venir.

D’après l’extrait d’un communiqué du parti du Bélier noir de Kouvé, « le Président national du CAR, intervenant au nom de sa délégation, s’est étonné que dans l’ordre du jour d’une réunion d’un tel niveau de composition, il ne soit inscrit l’examen d’aucune des revendications que les partis d’opposition et les organisations de la société civile ont formulées au sujet des conditions de transparence et d’équité du scrutin en question, notamment à propos de la composition de la CENI et de ses démembrements, de la HAAC et de la Cour constitutionnelle ».

C’est donc étonnés d’un tel état de chose que ces leaders de l’opposition, précités se sont purement et simplement retirés insistant sur le fait que le gouvernement convoque une nouvelle rencontre pour discuter des conditions devant assurer la transparence et l’équité de la présidentielle.